Fausse bombe dans l’avion : la garde à vue du passager du vol AF463 a été levée

A peine débarqué, déjà embarqué. Un policier à la retraite de 58 ans, passager du vol Air France à bord duquel a été découvert un objet suspect, a été placé en garde à vue lundi à son retour à Paris, selon une source policière contactée par l’Agence France Presse. Il est soupçonné d’avoir placé cet objet dans le Boeing 777 qui devait relier, dans la nuit de samedi à dimanche, l’Ile Maurice à Paris. Lundi soir, la garde à vue a été levée, et l’homme relâché. Ce qui ne signifie pas que l’homme est hors de cause. Mais seulement que «l’état actuel des investigations ne justifie plus le maintien de la garde à vue», a précisé à l’AFP le parquet de Bobigny, qui «poursuit son enquête».

Environ deux heures après le décollage du vol AF463, une hôtesse de l’air a alerté le commandant de bord à propos d’un objet ressemblant à une bombe, placé dans le placard d’une des toilettes de l’avion. Après discussion avec le Centre de contrôles des opérations (CCO) d’Air France, basé à Roissy, et le service de déminage basé à Versailles, l’équipage a décidé de se dérouter vers l’aéroport le plus proche, Mombasa au Kenya. Les services de déminage kényans ont extrait l’objet et, après analyse, ont affirmé qu’il s’agissait d’une bombe factice. «Un ensemble composé de cartons, de papier et d’une espèce de minuteur», a indiqué Frédéric Gagey, PDG d’Air France, dimanche après-midi. «Il n’y avait rien qui présentait un caractère dangereux.»

Une partie des 459 passagers ont été rapatriés dans la soirée de dimanche et ont atterri lundi matin à Roissy Charles-de-Gaulle à 6h50, à bord du vol AF4195. La police des frontières a alors interpellé un homme, «dans le cadre de l’enquête ouverte à la suite de cette plainte pour des faits d’entrave à la circulation des aéronefs et mise en danger de la vie d’autrui», a précisé le parquet de Bobigny. Selon l’équipage, l’homme interpellé avait fait de nombreux allers-retours dans les toilettes pendant le vol, a affirmé à l’AFP une source policière. Sa femme a aussi été interpellée et entendue comme témoin.

Dès dimanche, les soupons se sont portés vers des personnes présentes à bord de l’avion. Frédéric Gagey avait précisé dimanche que le personnel de bord avait vérifié l’ensemble des placards avant le décollage, y compris celui des toilettes. «Comme il y a eu une visite avant le vol et qu’on ne l’a pas trouvé, je pense que l’objet a sans doute été placé là pendant le vol», avait ajouté le PDG.

Richard Poirot

«Dropped» : une erreur de pilotage à l’origine de l’accident

«Légèreté dans l’organisation» et «graves manquements à la sécurité». Le rapport d’enquête du JIAAC, l’équivalent argentin du BEA (Bureau d’enquête et d’analyse pour la sécurité de l’aviation), jette un peu de lumière sur les circonstances du crash des deux hélicoptères loués par la production de l’émission de téléréalité Dropped le 9 mars dernier. A leur bord, trois figures du sport français : la navigatrice Florence Arthaud, la nageuse Camille Muffat et le boxeur Alexis Vastine, ainsi que cinq journalistes, assistants, réalisateurs, et preneurs de son en plus des deux pilotes argentins avaient trouvé la mort.

Les deux hélicoptères, des Eurocopter AS350 également appelés Ecureuils, se rendaient sur un lieu de tournage de la province de La Rioja, située au pied de la cordillère des Andes en Argentine, mais ils sont entrés en collision juste après le décollage.

L’absence de boites noires, qui ne sont pas obligatoires pour des aéronefs transportant moins de vingt personnes, a obligé le JIAAC à baser son enquête sur des témoignages et des vidéos amateurs filmés lors du crash. Les trajectoires reconstituées montrent que les champs visuels des pilotes étaient limités par la position respective des hélicoptères.

«Dans les deux aéronefs se trouvaient des caméramans dont l’objectif était d’obtenir les meilleures prises vidéos. Même si cela n’a pas pu être démontré, l’interrogation reste en suspens quant à savoir jusqu’à quel point l’impératif de tournage a généré de la pression sur les pilotes pour positionner les aéronefs dans les situations les plus favorables au tournage», précise le rapport.

Un «défaut d’appréciation des pilotes»

Un briefing de coordination détaillé aurait également dû avoir lieu avant ce vol «en patrouille», notamment pour le décollage, une phase particulièrement délicate où la vitesse est lente et la puissance demandée au moteur maximale. 

Une erreur de pilotage pourrait aussi à l’origine de l’accident selon le rapport : «Le facteur déclencheur de cet accident a été le défaut d’appréciation des pilotes de la proximité ou du manque de séparation de leurs aéronefs respectifs. Ce manque d’appréciation a entraîné la collision aérienne des aéronefs sans aucune tentative de manœuvre évasive ou d’évitement».

Mais le JIAAC n’établit toutefois pas de responsabilité. Ce sera aux enquêtes pénales actuellement en cours pour homicides involontaires, dont l’une à été ouverte à Paris, de le faire.

Cet accident avait suscité un vif émoi en France il y a six mois ainsi qu’un débat sur la sécurité durant les tournages d’émissions de téléréalité. Ce qui a été moins le cas en Argentine. Hier, les médias locaux n’ont pas relayé la sortie du rapport d’enquête.

Il y a une semaine, un autre hélicoptère se rendant sur les lieux de tournage d’une émission de téléréalité de la chaîne MTV, The challenge est tombé au fond d’un lac de montagne de la province de Mendoza, voisine de celle de la Rioja. Le pilote et son passager cameraman sont morts tous les deux.

Mathilde Guillaume Correspondante à Buenos Aires

Des noms derrière les migrants morts à Calais

Des migrants meurent à Calais. On retrouve leur corps sur le bord de l’autoroute, fauché par une voiture, percuté par un train, électrocuté à l’entrée du tunnel sous la Manche ou encore noyé dans les bassins de rétention d’Eurotunnel. D’autres ont les jambes brisées sous les roues des camions. Des amputés, des grands brûlés survivent. Ils tentent de rallier l’Angleterre, mais l’Europe de Schengen a fait de la frontière de Calais une zone de plus en plus étanche.

Ceux qui n’ont pas d’argent pour payer les passeurs – entre 1 500 et 6 000 euros la traversée, selon qu’elle est ou non «garantie», en camion par le port ou le tunnel –, ceux-là tentent leur chance par petits groupes. A l’assaut des trains, ils risquent leur vie. Les barrières et les barbelés qui barricadent toujours plus les accès au port les incitent à prendre de plus en plus de risques. La nuit, ils trouvent des raccourcis pour traverser l’autoroute, sautent sur les trains qui démarrent au tunnel. Eurotunnel a distribué des tracts et placardé des affiches en neuf langues pour expliquer que le site est «dangereux». Même la mort ne les arrête pas.

Ils et elles s’appellent Zebiba, Ganet, Getnet, Mohammad, Nawal. Ils sont Syriens, Soudanais, Erythréens, Afghans. Certains sont sans identité connue. Libération, avec l’aide de Médecins du Monde, tente de donner un nom et un visage à ces morts de 2015.

 Cliquez sur les silhouettes pour en savoir plus.

Haydée Sabéran Correspondante à Lille

Cinq choses que nous avons apprises en utilisant WhatsApp pour les élections

A l’occasion du premier et du second tour des régionales, Libération a entrepris d’expérimenter un nouveau moyen d’informer ses lecteurs en utilisant l’application mobile WhatsApp. En s’inspirant de ce qui avait déjà été fait au Canada, aux Etats-Unis ou en France, l’idée était de livrer l’information directement sur les téléphones de nos lecteurs, sans passer par notre application mobile ou par les réseaux sociaux traditionnels (Twitter, Facebook). 

L’utilisation de ces nouvelles messageries est croissante, surtout chez les plus jeunes. Selon une étude du Reuters Institute, le réseau social est déjà utilisé par 9% des internautes dans le monde pour partager de l’information, et cela ne cesse d’augmenter. En Espagne ou au Brésil, 30% des internautes l’utilisent ainsi. WhatsApp a joué un rôle important dans les élections au Brésil. Libération propose d’ailleurs depuis peu à ses lecteurs sur mobile le partage sur WhatsApp. Voici cinq choses que l’on retire de cette expérimentation (et qui peuvent resservir).

1. Anticipez

WhatsApp n’est pas du tout pensé pour la diffusion d’un média à un public. Plusieurs contraintes techniques existent logiquement si vous souhaitez lancer une telle expérimentation. Il faut d’abord ajouter chacun des utilisateurs un par un dans votre répertoire, afin de pouvoir ensuite les assembler dans une liste de diffusion. Ces listes de diffusion ne peuvent contenir que 256 contacts, il faut donc en créer plusieurs.

Suivre les résultats des élections sur WhatsApp avec @libe ? C’est possible. Mode d’emploi ici : https://t.co/4MFjb41RpR#expérimentation

— Libération (@libe) 6 Décembre 2015

C’est une certitude, donc : si vous souhaitez lancer une expérimentation comme celle-ci, prenez de l’avance. A Libération, nous avons reçu entre le jeudi 3 décembre – date de l’annonce – et le dimanche 6 décembre – date du premier tour – plus de 2 000 demandes. Des contacts qu’il a fallu ajouter un par un, vous l’aurez compris. Résultat, le soir du premier tour à 20 heures, nous n’avions pu intégrer que 700 de nos lecteurs dans nos listes de diffusion et nous avons donné rendez-vous au deuxième tour aux autres.

2. Soyez patients

Selon nos calculs (oui, nous nous sommes chronométrés), il faut 15 secondes pour ajouter un contact. Donc 4 par minute, 240 par heure. L’ajout de la totalité des lecteurs à votre répertoire peut donc vous prendre beaucoup de temps – trois jours dans notre cas. C’est une opération très répétitive qui peut parfois faire friser l’aliénation à celui qui passe une journée complète à la réaliser.

Si vous comptez plusieurs listes de diffusion, il faut aussi envoyer les mêmes messages systématiquement à toutes vos listes. Ce qui est assez simple quand il s’agit de texte (simple copier-coller), se révèle plus contraignant lorsqu’il s’agit de vidéos. Il n’est pas rare non plus que l’application se ferme de manière impromptue au bout de quelques heures d’utilisation intensive.

Ultime contrainte technique, pour éviter que les messages ne soient considérés comme des spams par l’application et qu’ils ne soient pas diffusés, on a calculé qu’il fallait espacer les messages d’au moins dix minutes. Interrogé par Digiday, le directeur de la communication de WhatsApp a d’ailleurs confirmé que si ils «aimaient toujours voir des utilisations créatives de leur service», ils «n’avaient aucune feuille de route particulière concernant l’utilisation du service par des médias». Aucun effort n’est donc à attendre de leur côté. Vraiment : soyez patients.

3. Anglez

Lorsque l’on tient un live sur WhatsApp, le public à qui l’on s’adresse peut être extrêmement varié. D’un côté, les expatriés, qui souhaitent avoir un résumé clair et concis de la soirée électorale ; de l’autre, les mordus de l’actu, qui espèrent avoir d’autres infos que celles qu’ils trouvent sur Twitter ou à la télévision – ou encore les accros du téléphone, bloqués en repas de famille. Si aucun choix n’est fait, il faudra contenter tous ces publics et livrer à la fois les résultats complets de la soirée électorale région par région, des analyses, des coulisses et des actus chaudes. Le tout, avec les contraintes techniques que vous connaissez.

Dans le meilleur des cas donc, il faut faire des choix. Le message que l’on envoie à nos lecteurs doit être clair dès le départ pour ne pas décevoir : «Suivez les coulisses de la soirée électorale sur WhatsApp» ou «Vous ne suivez pas l’actu : tout ce que vous devez savoir de la soirée électorale sera sur WhatsApp». Les messages qui découleront seront très différents.

4. Innovez sur les formats

S’il existe de nombreuses contraintes techniques liées au fonctionnement de l’application, elle offre aussi une grande liberté dans les formats. Sans tomber dans le prétexte, il s’avère intéressant d’exploiter tous les modes de traitement (vidéo, son, images, émoticones), avec une préférence portée sur les formats visuels.

Au cours de la soirée électorale, nous avons essayé de relayer des analyses de Nicolas Lebourg, chercheur spécialisé sur le Front national, de Laurent Joffrin, directeur de Libération, et d’autres journalistes en vidéo. Le format a beaucoup plu à nos lecteurs qui nous ont livré leurs retours : ils ont trouvé là une proximité nouvelle avec le média. Un des autres apports possible de WhatsApp, c’est l’interactivité. Les lecteurs réagissaient aux messages postés, et nous aurions pu également intégrer dans notre couverture ces réactions. Par manque de moyens, nous ne l’avons pas expérimenté cette fois-ci.

5. N’espérez pas un retour financier direct

Bien, vous arrivez en fin d’article, et vous n’êtes toujours pas découragés. Vous vous préparez à présenter votre prochaine expérimentation WhatsApp à votre chef. Face à sa moue qui mine de comprendre ce qu’est « whassap », il vous assène la question qui tue : «D’accord, mais comment gagne-t-on de l’argent dans tout ça ?» Que ce soit clair : ne vous attendez pas à établir un business model basé uniquement sur l’application mobile. Son utilisation offre davantage de proximité avec les lecteurs, permet d’innover dans les formats.

Si vous souhaitez connaître un retour extérieur à la rédaction sur cette expérience, vous pouvez aussi lire les posts de blog sur le premier et le second tour de James Barisic, conseiller en réseaux sociaux.

LIBERATION